Gauvain Sers

Gauvain Sers

Ouverture de la billetterie pour le concert de Gauvin Sers, début septembre !

 

ll n'y avait plus rien. Le genre avait disparu. Cette chanson française si particulière que l'on aimait tant, à la fois tendre et engagée, semblait s'être éteinte. L'héritier de Georges Brassens, Jean Ferrat et Renaud, pourtant lui toujours vivant, était introuvable. Quand soudain (roulement de tambours ou “tatatinnn” comme dirait ce même Renaud) déboule Gauvain Sers.

« Doué d’un contact authentique et inné avec le public, on l’a vu capable de se mettre un Zénith dans la poche en acoustique, sobrement accompagné d’un deuxième guitariste, en à peine cinq morceaux. » Télérama